Gros plan d'un homme portant des lunettes et regardant un écran d'ordinateur

Une des pierres d’assise de la nouvelle Stratégie nationale de cybersécurité est le Centre canadien pour la cybersécurité, dont la création a été annoncée le 1er octobre dernier, premier jour du Mois de la sensibilisation à la cybersécurité. (Shutterstock/HQuality)

Canada | Technologies

Mois de la sensibilisation à la cybersécurité : information, protection et occasion

Le fédéral investit dans la mise sur pied d’un centre consacré à la sécurité en ligne pour contrer les cybermenaces.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

De nombreux pays ont fait du mois d’octobre le . Au Canada, le gouvernement fédéral a annoncé en février dernier qu’il allait allouer plus de 500 M$ à la lutte contre les cybermenaces. Tout un programme pour 2018!

Le CSAM a été instauré aux en 2004. Le Canada et l’ ont emboîté le pas en lançant dans les dernières années des campagnes destinées à sensibiliser la population à la sécurité en ligne.

Voici quelques faits saillants relatifs aux cinq thèmes de la campagne 2018 au Canada.

Mise sur pied d’un centre consacré à la sécurité en ligne

Une des pierres d’assise de la toute nouvelle est le . Sa création , premier jour du Mois de la sensibilisation à la cybersécurité.

Le Centre est chargé de concevoir et de diffuser des outils et des technologies de cyberdéfense et d’agir à titre de chef de file et de porte-parole du gouvernement lorsque surviennent des incidents de cybersécurité. De plus, le Centre offrira des outils de formation et d’orientation, dont un programme d’attestation, pour aider les PME à adopter des pratiques exemplaires de lutte contre les menaces numériques.

Exploitation des technologies pour augmenter la sécurité

Vous songez à acheter un nouveau téléphone cellulaire, pour gérer vos finances personnelles ou synchronisez vos données sur votre ordinateur portatif? En tant qu’utilisateur de produits issus des nouvelles technologies, vous devez comprendre comment les données circulent entre eux et savoir comment protéger ces échanges.

Les résultats d’une enquête réalisée en 2018 par CPA Canada sur la fraude montrent que 68 % des répondants croient que les méthodes de paiement électronique, comme le fait de passer une carte de débit ou de crédit devant un lecteur ou l’utilisation d’applications pour téléphones intelligents, facilitent la fraude. Par ailleurs, 40 % des personnes interrogées sont inquiètes à l’idée de faire des achats en ligne.

« Tenez-vous-en aux sites Web et aux systèmes de traitement des paiements dignes de confiance. Et veillez à consulter régulièrement vos relevés de comptes bancaires et de cartes de crédit pour vérifier qu’aucune transaction surprise n’y figure », suggère Doretta Thompson, directrice, Responsabilité sociétale, à CPA Canada. « Vous êtes la personne le mieux placée pour protéger vos données. Faites preuve d’une extrême prudence quant aux renseignements personnels que vous transmettez en ligne : les fraudeurs sont toujours à l’affût. »

Sachant que de nouveaux types de fraude font leur apparition chaque jour, et que certains groupes sont particulièrement visés (les aînés, par exemple, sont des cibles de choix pour les escrocs), on a beaucoup parlé de littératie numérique dans les dernières semaines. Le gouvernement fédéral encourage les particuliers et les entreprises à consulter régulièrement le site pour suivre les actualités et les développements en matière de protection contre la fraude. De son côté, le Conseil national de recherches a tenu en octobre.

Protection des données à risque

Avec l’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne, une nouvelle norme mondiale de confidentialité et de transparence des données est née.

La technologie étant omniprésente dans nos vies, les arnaqueurs ne manquent pas d’imagination malveillante pour s’y immiscer, en quête de données personnelles ou commerciales.

D’ailleurs, 70 % des répondants de l’enquête de CPA Canada sur la fraude redoutent l’usurpation d’identité, comparativement à 66 % en 2017, et 76 % disent craindre que les entreprises canadiennes soient vulnérables aux cyberattaques visant les renseignements personnels.

La cybersécurité, une occasion à saisir

Comment réagir aux cybermenaces? Une solution serait de créer des postes en cybersécurité et de former la relève pour les pourvoir.

Une étude menée récemment par montre que l’écart se creuse entre la demande et l’offre en ce qui a trait aux travailleurs possédant les compétences nécessaires pour occuper un poste en cybersécurité.

« Selon notre analyse, la demande en cybertalents au Canada augmente de 7 % par année, ce qui signifie que les organisations devront pourvoir environ 8 000 postes de professionnels de la cybersécurité entre 2016 et 2021 », peut-on lire dans le rapport.

Avis aux intéressés : le Centre canadien pour la cybersécurité – qui devrait être entièrement opérationnel d’ici le printemps de 2020 – compte réunir quelque 750 spécialistes.

EN SAVOIR PLUS

Pour en savoir plus sur ces questions et leur incidence sur votre cabinet ou votre entreprise, lisez l’alerte info Cybersécurité : Établir un programme de gestion des risques et continuer de réévaluer les pratiques de communication de l’information. Et pour bien comprendre les notions de base de la cybersécurité, suivez le cours en ligne Introduction à la cybersécurité pour les CPA.